Politique sur les cookies
Les cookies sont essentiels pour l'optimisation de notre site Web. Ils nous aident à enregistrer les statistiques générales d'utilisation et de stocker d'autres informations qui nous permettent de fournir des fonctionnalités telles que l'outil de comparaison. Ces cookies ne stockent aucune donnée personnelle identifiable. En savoir plus sur les cookies

14/11/2012

Ford B-Max, pensé pour les jeunes parents

Fini les contorsions pour installer les enfants ! Ce monospace a trouvé la solution en faisant disparaître le montant entre ses portes avant et arrière.

Si vous ne vous êtes jamais pliés en deux pour installer un enfant sur son siège dans un parking sombre et étroit, les atouts du Ford B-Max vous sembleront anecdotiques. Pour les autres, ce petit monospace familial paraîtra génial. Ses portes arrière coulissent et libèrent une large ouverture de 1,50 m contre 75 cm en moyenne sur un véhicule classique, une prouesse rendue possible par l’absence de montant central.
Un exploit technique, doublé d’une exclusivité mondiale. Pour Patrick Verhée, designer et ingénieur chez Ford, « le B-Max est un rêve que l’on pensait irréalisable en série. La première fois que nous avons présenté l’idée, c’était sur le concept car Iosis en 2006. Il aura fallu beaucoup de travail pour y arriver ».

Sécurité renforcée
La disparition de ce pilier permet de monter et descendre aisément et d’être de face pour installer votre bébé. Fixer le siège à la banquette avec les ceintures prend une minute quinze secondes et sangler votre enfant, environ trente secondes. Les habitués apprécieront. Une fois les portes fermées, le pilier central est reconstitué.

L’ensemble est soutenu par une structure de carrosserie renforcée, garantissant rigidité et sécurité en cas de choc. D’ailleurs, le B-Max vient de décrocher cinq étoiles au crash-test Euro NCAP (association européenne reconnue pour ses évaluations indépendantes), ce qui le met à l’abri de toute contestation du système.

Une caméra pour manœuvrer
Si généralement la conduite d’un minispace n’est pas très plaisante, celle du Ford B-Max est étonnamment pétillante. C’est dû, entre autres, au nouveau moteur trois cylindres essence EcoBoost, à la fois tonique, silencieux et peu glouton. En pleine polémique sur l’interdiction du diesel en ville, ce petit moteur ne pouvait espérer meilleure rampe de lancement.
Ajoutez une caméra de recul pour les manœuvres, une bonne sono qui se connecte à un smartphone, une banquette arrière qui se rabat (d’un tiers ou des deux tiers) tout comme le dossier du fauteuil passager pour le transport des objets longs et vous obtenez un package très bien pensé. Seules ombres au tableau, un coffre d’environ 300 litres (la concurrence en offre 100 de plus) et une ligne trop sage pour devenir tendance.

Mais pour Ford, là n’est pas la question. Selon un responsable, un tiers des acheteurs seraient des seniors (âgés de 60 à 70 ans) cherchant une voiture compacte, économe et qui permette de monter à bord sans se plier en quatre.
Le B-Max devrait donc séduire un public de 7 à 77 ans, un luxe qui n’est pas donné à tout le monde.

 



Actualités